slide-4
slide-3
slide1
inauguration
Composition1
Composition2
jad20200527-cm-graffitissenegal-photo1-592x296-1591880107

Au Sénégal, on graffe contre le coronavirus

Plusieurs collectifs de graffeurs sénégalais s’attaquent au Covid-19 sur les murs de la ville, prolongeant leur engagement social auprès des populations les plus démunies. Réalisé par la fondation Dapper, un livre en ligne leur rend hommage.

Créée en 1986, la fondation Dapper est connue pour les nombreuses expositions d’art classique africain qu’elle a organisées, pendant des années, dans la capitale française. Depuis 2017, l’institution est devenue nomade, prolongeant des activités déjà entamées au Sénégal, notamment lors des Biennales de Dakar, et n’hésitant pas à faire dialoguer les mondes et les périodes.

Afriques, artistes d’hier et d’aujourd’hui, l’exposition présentée à la Fondation Clément, en Martinique, permettait ainsi à des œuvres d’artistes contemporains d’être exposées avec des œuvres classiques issues de la collection Dapper – et ce dans les Caraïbes, où des millions d’esclaves furent déportés et exploités par la puissance coloniale.

saadia-mosbah

Saadia Mosbah

préside l’association M’nemty Contre les Discriminations.

« Cours derrière ton rêve et ne lâche jamais. S’il fait mine de partir…, rattrape-le », lance l’égérie tunisienne de la lutte contre le racisme, qui croit à un possible vivre-ensemble. Originaire du Sud tunisien, cette chef de cabine de Tunisair – dont les ancêtres paternels sont venus de Tombouctou – a fait de la lutte contre les discriminations son combat. Pour Saadia Mosbah, le racisme en Tunisie est « quelque chose de silencieux, de rampant ».

Elle fustige le déni ambiant et l’intolérance larvée. « Je suis chez moi, une citoyenne à part entière, avec une particularité physique visible », se fait-elle fort de rappeler.

Tout sourire, elle n’en est pas moins déterminée. Après avoir soumis à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) des propositions de loi contre le racisme et toutes formes de ségrégation, elle réclame la promulgation rapide d’un texte qui les pénalise.

NOEL

Venez préparer vos fêtes de fin d’année avec l’UNFT Ile de France à Enghien les bains.

Un accueil  chaleureux et particulier vous sera réservé.   

 

Les associations de la ville et des villes amies vous donnent rendez-vous les 6, 7 et 8 décembre pour leur traditionnel marché de Noël. Spécialités culinaires, friandises, vin chaud, bière de Noël, santons, produits artisanaux, cartes de Noël… L’occasion de se rencontrer dans une ambiance chaleureuse. Tous les bénéfices des ventes sont reversées à des actions caritatives. Chants traditionnels de Noël, gospels, émissions en direct de Radio Enghien.

Vendredi 65, de 16h30h à 22h, samedi 7 de 11h à 19h et dimanche 8 de 11h à 18h.

Autorité parentale, la loi protège de plus en plus l’enfant

Enquête

Le 3 septembre, le premier ministre Édouard Philippe a annoncé que les pères soupçonnés de violences conjugales pourront voir leur autorité parentale suspendue.

Une telle mesure constitue un point de bascule pour une meilleure prise en compte des intérêts de l’enfant, estiment de nombreux juristes.

Peut-être les droits de l’enfant sont-ils à un point de bascule. Du moins, c’est ce que pensent certains juristes à la suite des annonces d’Édouard Philippe, le 3 septembre. En ouverture du Grenelle contre les violences conjugales, le premier ministre a expliqué que l’autorité parentale du parent violent – dans 93 % des cas, le père – pourrait désormais être suspendue dès le dépôt de plainte. Cette suspension serait même automatique en cas de suspicion d’homicide sur la mère. L’idée, a-t-il expliqué, est de mieux protéger l’enfant du couple afin qu’il ne soit pas le grand oublié des violences conjugales.

Un revirement majeur

Certains y voient le germe d’un revirement majeur du droit de la famille en faveur de l’enfant, et une étape inéluctable de la loi. Le mouvement à l’œuvre depuis cinquante ans va en effet vers une meilleure prise en compte de l’intérêt de l’enfant. « Beaucoup de chemin a déjà été parcouru, explique Édouard Durand, juge pour enfants à Bobigny (Seine-Saint-Denis). Jusque dans les années 1970, les droits et obligations sur l’enfant n’appartenaient qu’au père. On parlait alors de puissance paternelle. L’autorité parentale a ensuite établi une égalité entre les parents ainsi qu’une justification à leur pouvoir : ils doivent garantir l’intérêt supérieur de l’enfant. »

Dans cette perspective, les mesures annoncées par Édouard Philippe constituent un pas de plus : les droits de l’enfant primeraient sur ceux des parents. « On basculerait dans une logique préventive en faveur de l’enfant, décrypte Marion Wagner, professeure de droit à l’université catholique de Lyon. Mais cela reste pour le moment très éloigné des façons de penser actuelles. Le retrait de l’autorité parentale est déjà permis par la loi d’août 2014 en cas de violences conjugales, mais reste lettre morte car les juges le voient comme une sanction supplémentaire pour le père et non comme un droit de l’enfant. »

« Garder un lien à tout prix »

« Longtemps, on a cru que notre rôle était que l’enfant puisse garder un lien à tout prix avec ses deux parents, concède Cécile Mamelin, trésorière de l’Union syndicale des magistrats et ancienne juge pour enfant. On entendait toujours la formule : un mari défaillant n’est pas un mauvais père. On croyait que c’était toujours ça, l’intérêt de l’enfant. »

Depuis, les choses ont changé, estime-t-elle : « Les psychologues nous ont appris que ce lien n’est pas toujours positif. » Les nouvelles mesures proposées par l’exécutif pourraient aider à changer les mentalités, même si la magistrate nuance : « La suspension de l’autorité parentale au sens large est un non-sens juridique, mais on peut améliorer les choses sur les droits de visite et d’hébergement, poursuit-elle. En cas de dépôt de plainte pour violences conjugales, le procureur pourrait saisir le juge des libertés dans le cadre d’un contrôle judiciaire, afin que celui-ci prononce la suspension préventive de ces droits. »

Des mesures qui risquent la censure du Conseil constitutionnel

La magistrate appelle aussi à la lucidité. « Ne nous berçons pas d’illusions. Au pénal, le juge n’est saisi que des violences commises sur la mère seule et n’a pas les éléments du contexte familial pour trancher sur la question des enfants. » Actuellement, la mère doit donc se tourner vers le juge civil pour qu’il prenne une décision concernant l’autorité parentale. « Mais elle ne le fait pas parce qu’elle hésite souvent à rompre avec son conjoint. » Il serait donc particulièrement délicat d’intervenir de façon systématique dans de telles décisions, estime la magistrate.

Le professeur de droit Hugues Fulchiron affiche aussi une grande prudence, notamment sur la seconde mesure annoncée – la suspension sans intervention d’un juge en cas d’homicide – qui n’a que peu de chance d’échapper à la censure du Conseil constitutionnel. « Les peines automatiques sont complètement interdites en matière pénale. Cela contrevient à deux principes généraux du droit – l’individualisation de la peine et le pouvoir d’appréciation des juges – et se heurte à la présomption d’innocence », indique le juriste qui estime que la loi serait aussi contraire à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, pourtant très investie contre les violences conjugales.

———————————

7796337907_la-journee-internationale-des-droits-des-femmes-classee-jour-ferie-a-berlin

Journée internationale des droits des femmes 2019 : ce qu’il faut savoir sur le 8 mars

Arièle Bonte

et Claire Gaveau

Depuis le début du XIXe siècle, les femmes se mobilisent chaque 8 mars, journée internationale des droits des femmes. Objectif : faire entendre leur voix. Égalité femmes-hommes, parité ou changements sociétaux, les sujets sont nombreux alors que les inégalités persistent dans le monde.

Ce vendredi 8 mars 2019, l’organisation des Nations unies a choisi de se pencher sur ce thème : “Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement”.

Orange x Emmaüs International

Voir Plus

L’organisation souhaite en effet “réfléchir aux moyens innovants permettant de faire progresser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, notamment dans (…) les systèmes de protection sociale, l’accès aux services publics et la construction d’infrastructures durables”.

À lire aussi société

Féminisme : des hommes expliquent leur engagement quotidien pour l’égalité

Pessimiste, l’ONU explique que la parité est loin d’être atteinte : “les actions en cours ne suffiront pas pour l’instauration d’une Planète 50-50 d’ici 2030”, peut-on lire sur le site. Dans certains secteurs porteurs d’avenir, comme les sciences, les technologies ou encore l’ingénierie, les femmes manquent à l’appel et il est alors essentiel de les attirer dans ces voies, viviers des décideurs de demain.

Cette journée des droits des femmes s’adressent donc particulièrement à celles et ceux qui sont déjà aux commandes et ont le pouvoir de faire progresser l’égalité dans les recrutements mais aussi les formations et les promotions : des grandes industries aux start-ups, tous et toutes ont un rôle important à jouer dans l’égalité.

D’où vient cette tradition ?

L’origine de la Journée internationale des droits des femmes remonte au début du XXe siècle. Elle s’ancre dans les luttes ouvrières et les différentes manifestations de femmes organisées en Europe. Ces dernières réclamaient le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les deux genres. Cette journée est annoncée pour la première fois en 1910 par Clara Zetkin, lors de la conférence internationale des femmes socialistes, à Copenhague.

L’idée fait son chemin mais il faut attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour que cette journée internationale devienne une véritable tradition. Et ce, dans le monde entier.

L’ONU reconnaît officiellement cette journée

Dans les années 1970, cette manifestation trouve un nouvel écho avec le regain féministe. L’Organisation des Nations Unies en profite même pour reconnaître officiellement, en 1977, le 8 mars comme la Journée internationale des femmes. Il faudra attendre cinq années supplémentaires pour voir la France faire de même. Cela se fera sous la présidence de François Mitterrand, en 1982.

Un sujet au cœur de l’actualité

Si aujourd’hui, cette journée tient une place si importante c’est bien que l’égalité hommes-femmes fait encore débat. Elle représente surtout un véritable rassemblement autour des efforts entrepris pour hisser les femmes au même niveau que les hommes dans la vie politique comme économique. Elle offre aussi une nouvelle réflexion sur les progrès déjà réalisés et les changements à effectuer.

À ère d’un monde post-Metoo, les débats et questions de société ne sont pas prêtes de s’arrêter. 

 

MARCHE_NOEL

Marché de Noël solidaire

Du 7 au 9 décembre : le Marché de Noël solidaire. Dans leurs chalets de bois, les associations enghiennoises proposeront au Cœur de ville des produits artisanaux, de la gastronomie et d’autres idées pour les achats de Noël. Des chants et spectacles sur le thème du conte Hansel et Gretel animeront le marché dont le bénéfice des ventes sera reversé au profit d’actions caritatives.

 

Les associations enghiennoises proposent leur traditionnel marché de Noël. Des produits artisanaux, des idées cadeaux ou de la gastronomie à découvrir dans une ambiance chaleureuse et solidaire.

  • Vendredi 7 décembre de 16h30 à 22h, 
  • Samedi 8 décembre de 11h à 21h,
  • Dimanche 9 décembre de 11h à 18h.

    Enghien-les-Bains

    Adresse: 57 rue du Général-de-Gaulle

journee_Asso

Journée des associations

La journée des associations se tiendra le samedi 8 septembre au coeur de ville. C’est le rendez-vous incontournable de la rentrée pour découvrir les activités culturelles, sportives et sociales sur le territoire enghiennois.

Plus de 60 associations seront présentes le samedi 8 septembre pour présenter leurs activités culturelles, sportives et sociales.

Venez nombreux participer à cette journée et profiter des animations programmées en coeur de ville. Des séances de yoga du rire, de danse, de judo, de karaté, de tennis de table ou encore des activités numériques seront proposées dans la journée.

visuel_tariqali_angeladavis-960x390

Solidarité et alliances – Angela Davis et Tariq Ali Nanterre-Amandiers

Angela Davis & Tariq Ali en conversation avec Françoise Vergès et Marcus Rediker.

Deux immenses personnalités du militantisme et de l’activisme seront réunies pour une soirée: Angela Davis, mondialement connue pour sa lutte contre le racisme, le sexisme et le système carcéral américain, et Tariq Ali, farouche opposant à la dictature militaire du Pakistan, devenu figure de la gauche internationale et écrivain. Tous deux converseront avec la chercheuse et militante Françoise Vergès et l’historien Marcus Rediker, qui donneront ensuite la parole au public.

 

 

BIOGRAPHIES

Angela Davis, philosophe, militante féministe et antiraciste africaine-américaine, professeur émérite à l’Université de Santa Cruz est mondialement connue pour sa lutte contre le racisme et le sexisme, sa critique du système carcéral et son mouvement pour l’abolition des prisons. Communiste, élève de Marcuse et Adorno, membre du Black Panther Party, elle fut emprisonnée deux ans en 1970, après avoir été inscrite sur la liste des personnes les plus recherchées par le FBI. Son arrestation entraîna un mouvement de solidarité mondiale. Acquittée lors de son procès, elle reprit son militantisme tout en devenant une universitaire de grand renom. Plusieurs de ses ouvrages ont été traduits en français, dont S’ils frappent à la porte à l’aube (Éditions sociales, 1971), Femmes, race et classe (Des femmes, 1983) et Autobiographie (Albin Michel, 1975) et le dernier, Blues et féminisme noir, 2017.

 

Tariq Ali est un historien, écrivain et commentateur politique d’origine pakistanaise. Après avoir organisé des manifestations contre la dictature militaire au Pakistan, il doit émigrer en Angleterre où il poursuit des études de philosophie, de politique et d’économie à Oxford. Membre du International Marxist Group et du trotskysme, Tariq Ali est membre du comité de parrainage du Tribnunal Russel sur la Palestine et de la rédaction de New Left Review. Il publie régulièrement dans des journaux et revues. Auteur de plusieurs ouvrages critiques comme The Extreme Centre : A Warning, 2015, ou traduit en français, Les dilemmes de LénineTerrorisme, guerre, empire, amour, révolution (2017) il a aussi publié des romans dont plusieurs ont été traduits en français comme La nuit du Papillon (2011), Un Sultan à Palerme (2010) ou Le livre de Saladin (2008).

 

Françoise Vergès, politologue réunionnaise, Chaire Global South(s), FMSH, militante féministe antiraciste. Dernier ouvrage, Le ventre des femmesCapitalisme, racialisation, féminisme, 2017.

 

Marcus Rediker, historien, professeur de l’histoire atlantique et titulaire de la chaire du Département d’Histoire à l’Université de Pittsburgh, essayiste et militant nord-américain. Dernier livre traduit en français, Les hors-la-loi de l’Atlantique : Pirates, mutins et flibustiers, 2017.

 

ET AUSSI

Le 4 mai 2018 à l’Université Paris Nanterre : « Les contestations politiques et artistiques. 1968 et après ».

Axes des discussions : le collectif / la liberté sexuelle / la violence / la distance critique / le rapport témoignage-fiction. Cette journée sera entièrement dédiée aux échos de 1968 dans le cinéma et la littérature. Ouvert à tous publics, entrée libre et gratuite.