marocmanuscrits

Splendeurs de l’écriture au Maroc, Manuscrits rares et inédits

Exposition organisée par la Direction des Archives Royales en partenariat avec l’Institut du monde arabe.

  • 23 mars 20176 avril 2017

Si l’on en croit Ibn Khaldoun, l’écriture est le reflet de l’organisation d’une société en même temps qu’un art qui porte témoignage du degré de civilisation d’une nation. Cette exposition nous invite à découvrir et à admirer un patrimoine manuscrit, legs de quatorze siècles d’histoire.

 

Composée de manuscrits rarissimes et pour la plupart jamais montrés ou sortis du Royaume, dont les plus anciens datent du ixe siècle, de documents inédits, de pièces muséologiques d’une immense valeur historique et symbolique, l’exposition permet de lire et de relire les facettes de la culture marocaine.

 

Respect des croyances, fondements de l’Etat marocain, philosophie, sciences, littérature et arts de l’écriture – styles de calligraphie, instruments, calligraphie dans l’architecture et le monnayage : différents axes sont abordés au fil du parcours, qui souligne l’ancienneté de la culture au Maroc, son ouverture à l’Autre et l’intérêt constant des souverains marocains pour les arts du livre.

 

Parmi les manuscrits, prêtés par la Bibliothèque Royale du Maroc, la Bibliothèque nationale du Maroc, les Bibliothèques de la Quaraouiyine et de Ben Youssef, et le musée du Batha, des pièces exceptionnelles, jamais vues du public, telle une partie d’un coran calligraphié à l’encre d’or sur soie verte. Mais aussi des documents modernes, comme ces prix de calligraphie décernés chaque année par le ministère du Habous et des Affaires islamiques, soulignant la persistance jusqu’à nos jours de l’attachement du Royaume du Maroc au livre et à l’écrit.

 

Dans le cadre de l’édition 2017 du Salon du Livre de Paris

Avec le soutien de l’Ambassade du Royaume du Maroc à Paris

Seif Wanly 1

100 chefs-d’œuvre de l’art moderne et contemporain arabe

La collection Barjeel

 

L’Institut du monde arabe met à l’honneur la collection de la fondation Barjeel. Ce fonds d’une immense richesse rend hommage à l’énergie créative de la scène artistique arabe de Baya à Kader Attia.

Des artistes majeurs tels qu’Adel Abdessemed, Hassan Sharif, Mohammed Cherkaoui, Marwan Kassab Bachi, Kader Attia, Rachid Koraichi, Etel Adnan seront mis à l’honneur aux côtés de personnalités moins souvent exposées.

Une collection d’exception

Constituée dès 2010, la collection de Sultan Al Qassemi réunit les grands noms de l’art moderne et contemporain arabe. Gérée par la Fondation Barjeel, une fondation privée à Sharjah aux Emirats arabes unis, elle est présentée pour la première fois en France à l’Institut du monde arabe. A travers une sélection de 90 chefs-d’œuvre, la collection Barjeel retrace l’histoire de la création arabe depuis la seconde moitié du XXe siècle. Installations, photos et peintures, figuration et abstraction, les artistes ont exploré tous les champs d’expression.

L’œil du collectionneur

Une première salle réunit des artistes phares de la collection au sein d’une scénographie muséale classique. Les œuvres exposées témoignent des expérimentations menées depuis le début du XXe siècle tant dans le genre du portrait que de l’abstraction. Plus encore, l’interaction entre les pièces révèle des échos formels et narratifs tout en reflétant des spécificités culturelles, des contradictions et une variété de pratiques.

Puis on pénètre dans un espace évoquant les réserves d’un musée où sont présentées d’autres pièces. Ces dernières apparaissent comme autant d’objets d’études offerts à la consultation scientifique. La proximité avec les œuvres est alors possible : dans un rapprochement intime, le visiteur peut appréhender chaque détail et toute la matérialité picturale du tableau. Un procédé original qui traduit la démarche du collectionneur, basée sur l’expérimentation et la connaissance : il s’agit d’offrir au visiteur des objets de beauté et de réflexion servant à la recherche et donnant les clés pour comprendre l’histoire.

La visite se clôt sur une troisième approche: le dévoilement des espaces privés du collectionneur Sultan Al Qassemi, fondateur de la Barjeel Art Foundation, avec la présentation d’une sélection de documents, œuvres, photographies, notes et lettres.

La fondation Barjeel

Basée à Sharjah aux Emirats arabes unis, la Fondation privée Barjeel a pour mission de gérer, préserver et exposer la collection personnelle de Sultan Al Qassemi. A travers cette collection majeure ouverte au public, la Fondation Barjeel contribue au développement et à la promotion de la scène artistique arabe à travers le monde. Sa politique d’exposition hors-les-murs et de publication témoigne de sa vocation à valoriser l’héritage artistique et la création contemporaine arabes.

Commissaires de l’exposition :

Philippe Van Cauteren et Karim Sultan

carnaval-des-femmes-327101

Carnaval des femmes / fête des blanchisseuses

Le Carnaval des Femmes est inspiré par la Fête des Blanchisseuses, qui se fête à la Mi-Carême, soit vingt et un jours après Mardi Gras. Le défilé se fait le dimanche 26 mars 2017.

Le mot d’ordre de cette 9e édition est simple : les femmes se déguisent en reines et les hommes en femmes.

La Mi-Carême est une grande fête féminine et populaire, qui remonte au moins au XVIIIe siècle. Costumée, chacune peut déambuler dans le cortège de manière libre et gratuite ! Les hommes peuvent également défiler … s’ils sont déguisés en femmes !

Le parcours habituel :

Rendez-vous à partir de 13h Place du Châtelet

Départ à 15 h : Place du Châtelet

  • boulevard de Sébastopol
  • rue de Rivoli
  • rue Saint Martin
  • Parvis du Centre Pompidou
  • rue Rambuteau
  • rue des Archives
  • rue Sainte Croix de la Bretonnerie
  • rue Vieille du Temple
  • rue des Rosiers
  • rue Ferdinand Duval
  • rue de Rivoli
  • rue Saint Antoine
  • rue de Birague
  • le tour de la place des Vosges
  • rue de Birague
  • rue Saint-Antoine
  • rue de Rivoli
  • boulevard de Sébastopol
  • Arrivée vers 18h Place du Châtelet
  • Place du Chatêlet
    75001 Paris
    • Informations
      pratiques

    Dates

    Le 26 mars 2017
    le dimanche de 13h00 à 18h00

    Prix

    0 €

    S’y rendre

    • 1, 11 : Hôtel de Ville (48m) 1, 4, 7, 11, 14 : Châtelet (386m)

13-femmes-de-lettres-africaines

Femmes de lettres africaines. Celles qui brisent les tabous

Des voix de femmes qui osent dire les fléaux mais aussi les espoirs d’un continent, l’Afrique.

« L’enfant étend ses ailes et s’envole.
Il monte haut, très haut, jusqu’à toucher le ciel.
Le soleil ne le brûle pas, ne le désagrège pas.
L’enfant-oiseau plane sur l’étendue du pays, regarde tout en bas. Les terres brûlent, les hommes grouillent, gémissent et pleurent.

L’enfant-oiseau étend ses ailes, mais personne ne le voit.
Nul n’a conscience de son existence.
Il entend tout : les cris, les supplications, le bruit des armes couvrant la voix humaine.
Il sent l’odeur de la haine, le parfum de la peur.

L’enfant-oiseau domine les falaises et les étendues désertiques.
Il possède la force de l’étonnement, le pouvoir de se renouveler.
Jamais il ne cesse d’avancer, le futur toujours avec lui.

“Homme, femme, oiseau. Je suis le vieillard, enfant du jeune homme. Je suis le jeune homme, fils de l’enfant. Issu de la brousse et de la forêt, de la ville bondée.”
Il baisse les yeux et regarde encore une fois la terre.
Un long serpent noir ondule sur le sol, se cache dans les hautes herbes, puis réapparaît, prêt à frapper.

L’enfant-oiseau dessine de larges cercles concentriques au-dessus de l’animal dont les écailles luisent sous la lumière puis, en un éclair, s’abat sur lui.
Il est aussi lourd qu’une montagne.

Et l’enfant-oiseau rit, lève les bras au ciel.
Il a vaincu la bête. » Véronique Tadjo

Frédérique Bruyas lecture – Adama Bilorou balafons djembé chant

Textes de Joyce Mansour (Egypte), Véronique Tadjo (Côte d’Ivoire), Ken Bugul (Sénégal), Léonora Miano (Cameroun), Fatou Diome (Sénégal), …
Musiques et chants traditionnels d’Afrique de l’Ouest

MARGUERITE

Exposition Hommage à Marguerite Yourcenar

A l’occasion des trente ans de sa disparition et parce que la médiathèque porte son nom, une exposition en partenariat avec la bibliothèque Marguerite Durand et la bibliothèque historique de la ville de Paris est consacrée à la vie et l’œuvre de Marguerite Yourcenar du 28 février au 28 mars 2017.

Née en Belgique en 1903 et décédée aux Etats-Unis en 1987, Marguerite Yourcenar a consacré une grande partie de sa vie à l’écriture. Ses œuvres littéraires sont célèbres et lui ont valu de nombreux prix comme Nouvelles orientales, Mémoires d’Hadrien ou encore l’Œuvre au noir. Auteur de récits historiques comme autobiographiques, sa curiosité intellectuelle se reflète dans chacun de ses livres.

Elue Immortelle par ses pairs en 1980, elle est la première femme à accéder à l’Académie française. Naturalisée américaine en 1947, elle a aussi beaucoup voyagé et a su en témoigner dans ses nombreux écrits.

Femme engagée dans de multiples causes, sa personnalité fascine et de nombreux auteurs et artistes lui ont rendu hommage.

A travers des photographies, des lettres manuscrites, des éditions originales, des articles de presse et le regard d’autres intellectuels de son temps, la médiathèque vous propose de découvrir une des plus illustres femmes écrivain.

Exposition du 28 février au 28 mars 2017, entrée libre aux horaires d’ouverture de la médiathèque.

Vernissage le mardi 28 février à partir de 18h30.

En partenariat avec la bibliothèque Marguerite Durand, bibliothèque spécialisée dans l’histoire des femmes et celle du féminisme et de la BHVP, bibliothèque historique de la ville de Paris.

Médiathèque Marguerite Yourcenar
41, rue d Alleray
75015 Paris

Dates

Du 28 février au 28 mars 2017
le dimanche de 13h00 à 18h00
Du 28 février au 28 mars 2017
le samedi de 10h00 à 18h00
Du 28 février au 28 mars 2017
le mercredi de 10h00 à 19h00
Du 28 février au 28 mars 2017
les mardi, jeudi, vendredi de 13h00 à 19h00

Prix

0 € – Entrée libre aux horaires d’ouverture de la médiathèque.

S’y rendre

  • 12 : Vaugirard (296m) 12 : Convention (559m)
landing-page-1-750x400

Livre Paris, le salon du livre de Paris

Du 24 au 27 mars prochain, rejoignez-nous Porte de Versailles pour assister à la 37ème édition du plus grand événement généraliste dédié au livre en France !

Les lettres marocaines à l’honneur

Livre Paris est un salon littéraire unique au monde, reflet de l’extraordinaire richesse et diversité du monde de l’édition. 4 jours de célébration du plaisir de lire durant lesquels plus de 3000 auteurs venus du monde entier, illustres ou en devenir, iront à la rencontre de leur public. Séances de dédicaces, débats, animations, ateliers : Livre Paris, ce sont des découvertes, des rencontres, des moments de partage, d’échanges d’idées.

Les lettres marocaines à l’honneur

Livre Paris accueille cette année le Maroc en pays invité d’honneur avec une délégation de 40 auteurs, refletant la diversité et le dynamisme de la création littéraire contemporaine du Royaume. Du 24 au 27 mars, rencontrez des auteurs reconnus internationalement mais également de nouveaux talents émergents et prometteurs.
Pour la première fois depuis sa création, le Salon met à l’honneur les lettres et la culture d’un pays du monde arabe, symbole fort des échanges croissants entre le Maroc et la France, en particulier sur le plan éditorial et littéraire.

Informations
pratiques

Paris expo
1 place de la Porte de Versailles
75015 Paris

Dates

Du 24 au 27 mars 2017
les vendredi, samedi de 10h00 à 20h00
le dimanche de 10h00 à 19h00
le lundi de 13h00 à 19h00

Prix

Payant – De 6 à 12 € Pass 4 jours de 29 à 39 €

Réservation conseillée

S’y rendre

  • 12 : Porte de Versailles (19m) 12 : Convention (788m)

Plus d’infos

badouakxarit_120x150

Concert Badou Ak Xarit

Centre Paris Anim’ Victor Gelez

Badou Ak Zarit nous fait l’honneur de sa visite ! Entrée libre, tout public.

Le printemps sera africain ou ne sera pas ! Le centre Paris Anim’ Victor Gelez célèbre l’Afrique pendant un mois : RDV le Jeudi 23 Mars à 19h30 pour un voyage musical de Dakar à Paris

Centre Paris Anim’ Victor Gelez

1-3 rue Victor Gelez
75011 Paris

Dates

Le 23 mars 2017
le jeudi de 19h30 à 22h00

Prix

0 €

S’y rendre

  • 2 : Ménilmontant (231m) 3 : Rue Saint-Maur (368m)

Plus d’infos

  • 0155288790

!

la-mosquee-du-cheikh-lotfollah-a-ispahan-en-iran_5601209

Expo “Un printemps en Iran”

Centre Paris Anim’ Reuilly      

Le Printemps. Pour les peuples iraniens et turcs : Norouz. Dans les deux cultures, la même symbolique du Renouveau. En persan, Norouz signifie littéralement « le Jour Nouveau ». Cette fête vieille de trois millénaires célèbre le renouveau du printemps et la fécondité éternelle de la terre. D’origine zoroastrienne, le Norouz est désormais la fête du nouvel an pour les peuples héritiers et descendants de l’empire perse : de l’Inde aux Balkans, environ 300 millions de personnes célèbrent, chacun avec des coutumes locales et des folklores spécifiques, ce premier jour du printemps et le renouveau du ciel et de la terre. Le jour de Norouz a été classé sur la liste représentative du patrimoine culturel de l’humanité par l’UNESCO et reconnu par l’assemblée générale de l’ONU (le 23 février 2010) comme « la journée internationale de Norouz pour la culture et la paix ». https://www.francemusique.fr/emissions/ocora-couleurs-du-monde/norouz-fete-du-nouvel-persan-22228

Vernissage le lundi 20 Mars, à partir de 19h   à l’occasion du nouvel An Iranien

Centre Paris Anim’ Reuilly

19 rue Hénard
75012 PARIS

Dates

Du 8 au 25 mars 2017
les mercredi, jeudi, mardi de 10h00 à 22h00
le lundi de 14h00 à 21h30
le vendredi de 13h30 à 22h00

visuel-H724-france-inter

LE BAL DE L’AFRIQUE ENCHANTÉE

Cabaret sauvage

Le Bal de l’Afrique Enchantée fait son grand retour au Cabaret Sauvage le dimanche 19 mars 2017 ! Il sera animé par Vladimir Cagnolari et Soro Solo, parrain du 19e Printemps des Poètes.

Le Printemps des Poètes (4>19/03) s’associe à la Semaine de la langue française et de la Francophonie (18>26/03), pour fêter la poésie africaine francophone !

Ce bal de l’Afrique enchantée sera animé par Vladimir Cagnolari et Soro Solo, parrain du 19e Printemps des Poètes.

L’Afrique c’est chic proposera de 15h à 17h dans le hall du Cabaret Sauvage des animations autour de l’Afrique.

Un stand librairie sera assuré par la Gradiva.

Ouverture des portes 16h, début des concerts à 17h.

Cabaret sauvage

59 Boulevard Macdonald
75019 Paris

Dates

Le 19 mars 2017
le dimanche de 16h00 à 20h00

Prix

Payant – Prévente Plein 15.00EUR Prévente Enfant (5-15 ans) 8.00EUR

Sur réservation

csm_2016-du-jourdain-au-congo-640x889_7827535087

Du JOURDAIN au CONGO

Musée du quai Branly

Art et christianisme en Afrique cent

Art et christianisme en Afrique centrale. Consacrée pour la première fois à l’influence que jouèrent le catholicisme romain et l’iconographie chrétienne sur l’art et la culture kongo entre le 15e et le 20e siècle, cette exposition présente un ensemble exceptionnel de 100 œuvres kongo d’inspiration chrétienne : crucifix, sculptures, pendentifs, gravures et dessins

1482 : le navigateur portugais Diego Cão découvre l’embouchure du fleuve Congo et entre en contact avec le vaste royaume du Kongo. Un territoire qui regroupe les actuels Gabon, Angola, République démocratique du Congo et Congo. L’évangélisation de l’une des plus puissantes monarchies du continent est rapidement mise en place : les conversions des élites de cet empire colonial signent les débuts de cinq siècles de christianisation.

L’exposition présente une centaine d’œuvres d’inspiration chrétienne (crucifix, sculptures, pendentifs, gravures et dessins) issues de collections privées et publiques européennes. Introduits par les missionnaires catholiques, ces objets, souvent surprenants pour nos regards occidentaux, témoignent des relations de pouvoir et d’influence entre la période coloniale et le 20e siècle, et de l’interpénétration culturelle à l’œuvre. Car si l’influence de l’iconographie chrétienne sur l’art et la culture kongo est indéniable, c’est sa réinterprétation par les artistes locaux et, par extension, la transformation des pratiques catholiques en un syncrétisme religieux, qui en font l’un des symboles d’émancipation face à la domination européenne.

Musée du quai Branly

37 quai Branly
75007 PARIS

Dates

Du 23 novembre 2016 au 2 avril 2017
les mercredi, dimanche, mardi de 11h00 à 19h00
les jeudi, vendredi, samedi de 11h00 à 21h00

Prix

Payant – Plateau des collections : Plein tarif : 10,00 € / Tarif réduit : 7,00 € // Billet jumelé : Plein tarif : 12,00 € / Tarif réduit : 9,00 €

S’y rendre

  • Ligne 7: Pont de l’Alma (261m) Ligne 9: Alma Marceau (300m)

Plus d’infos

  • 01 56 61 70 00