41cXRSPC7jL._SX195_

L’Homme du Crépuscule

Sonia Chamkhi
Éditeur : Arabesques ed (01/03/2013)

L’homme du crépuscule est l’histoire d’Iteb. Histoire écrite du point de vue d’un homme, qui nous dévoile l’intériorité d’un jeune arabe tourmenté, habité par l’amour d’une femme qu’il ne comprend pas : parce que son amante s’est affranchie du modèle ancestral, parce qu’il a été abandonné par un père lâche, parce que les gens du Nord ont renié l’étranger qu’il était. Chanteur de cabaret au Layali Beyrouth dans la grande capitale du Nord, Iteb se souvient, s’oublie, s’invente et renaît car il a « des étoiles dans le gosier ».

51GS9VLOyhL._SX210_

L’oeil du jour

Hélé Béji

Éditeur : Editions Elyzad

La maison d’enfance à Tunis, avec son patio et sa vasque bruissante, ses appartements aux meubles polis par les ans, sa terrasse. Royaume enchanté que gouverne une grand-mère par la grâce de qui perdure une tradition de vie méditerranéenne et musulmane.
La narratrice, qui vit habituellement à Paris, retrouve là-bas, au cours de séjours épisodiques, ses racines. Elle ne peut s’empêcher toutefois de remarquer combien cet îlot préservé est battu par le flot de la vulgarité moderne : dans les constructions nouvelles, chez les nouveaux notables et leurs épouses, parmi les couches sociales qui, de la vie occidentale, ont assimilé les plus mauvais aspects. Elle-même, qui a perdu la foi et adopté un genre de vie européen, n’est rattachée au passé que par des liens que la mort va trancher. Elle regrette ce monde si présent encore et qui se transforme sous ses yeux. Pour le mieux ou pour le pire ?

 

9782072669774

lE CORPS DE MA MERE

Zouari Fawzi

La narratrice tunisienne raconte sa mère. Comme le lui dit l’une de ses amies, il t’aura fallu une révolution (des jasmins) pour oser parler de tes rapports avec elle. Le sujet n’est pas tabou mais dévoiler, au sens figuré comme au sens propre, la personnalité maternelle n’est pas une affaire facile. D’autant que le silence familial a to u- jours été la règle. Raconter l’intime c’est mettre un sens à tout ce qui a été, est et sera. C’est essentiel aussi pour comprendre ce que sont et seront les bouleversements politiques et sociologiques. Fawzia Zouar i raconte avec pudeur et authenticité la vie des femmes bédouines tunisiennes, la révolte de l’héroïne qui a dû parcourir un si long chemin pour se libérer sans la renier d’une tradition ancestrale à l’égard du rôle des femmes. La vivacité de l’écriture, la drôlerie de certaines situations, l’inspiration parfois lyrique fait songer aux écrits de Taos Amrouche.

Expo LES FORÊTS NATALES – Arts d’Afrique équatoriale atlantique

Musée du quai Branly, Paris 7ème

L’Afrique équatoriale atlantique a donné aux arts africains quelques-uns de ses plus exceptionnels chefs-d’œuvre. De la puissance plastique des Fang à l’élégance naturaliste des Punu, panorama des principaux styles artistiques de cette vaste région.

Au cœur de l’Afrique équatoriale atlantique, l’aire culturelle embrassant la République gabonaise, la République de Guinée équatoriale, le Sud du Cameroun et l’Ouest de la République du Congo, est une région de grande tradition sculpturale.

Le génie plastique des artistes Fang, Kota, Tsogo ou Punu s’est notamment illustré dans une sculpture religieuse liée au culte des ancêtres et aux masques d’esprit. Des arts majeurs qui, dès leur découverte au début du XXe siècle par des artistes comme Picasso, Derain ou Braque, ont été déterminants dans la constitution du regard moderne en Occident.

Expo-Les-forets-natales

À travers une sélection d’œuvres emblématiques – et souvent uniques – de collections publiques et privées majeures, l’exposition Les forêts natales, Arts d’Afrique équatoriale atlantique propose d’en étudier les principaux styles, à la manière d’une histoire de l’art « classique ».

Exposition-Les-forets-natales-musee

équatoriale atlantique a bénéficié d’un prêt exceptionnel du Musée Dapper.D’explorer les correspondances, mutations et particularités de la production artistique des nombreux groupes peuplant une vaste zone formée au gré des migrations. De révéler, en somme, la créativité et l’originalité exceptionnelle des arts de chacun des peuples de la forêt équatoriale atlantique.

L’exposition Les forêts natales, Arts d’Afrique Infos pratiques : http://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/expositions/details-de-levenement/e/les-forets-natales-37625/

23959

Malick Sidibé – Mali Twist

Fondation Cartier pour l’art contemporain

Un an après la disparition de l’artiste le 14 avril 2016, la Fondation Cartier pour l’art contemporain lui rend hommage avec Mali Twist, une grande exposition rétrospective.

En 1995, la Fondation Cartier pour l’art contemporain présentait la première exposition monographique du photographe malien Malick Sidibé hors du continent africain. Un an après la disparition de l’artiste le 14 avril 2016, elle lui rend hommage avec Mali Twist*, une grande exposition rétrospective accompagnée d’un ouvrage, conçus et dirigés par André Magnin en collaboration avec Brigitte Ollier. À côté d’œuvres iconiques, l’exposition montre pour la première fois un vaste ensemble de photographies vintage et de portraits d’une beauté intemporelle, retrouvés dans les archives de l’artiste. Véritable plongée dans la vie de celui qui fut surnommé « l’œil de Bamako », cet ensemble exceptionnel de photographies en noir et blanc révèle comment Malick Sidibé a su saisir, dès le début des années 1960, la vitalité de la jeunesse bamakoise et imposer son style unique, reconnu aujourd’hui dans le monde entier.

Les Soirées Nomades

Pendant toute la durée de l’exposition, les Soirées Nomades invitent des artistes, des musiciens et des penseurs maliens, toutes générations confondues, à dialoguer avec l’oeuvre de Malick Sidibé. Concerts, bals populaires, marionnettes traditionnelles, studio photo ambulant ou encore rencontres autour de la musique et de la danse viendront rythmer l’exposition comme autant de projets et de voix faisant écho à la joie de vivre qu’inspirent les photographies de Malick Sidibé.

Informations
pratiques

Fondation Cartier pour l’art contemporain
261 boulevard Raspail
75014 PARIS

Dates

Du 20 octobre 2017 au 25 février 2018
les vendredi, samedi, dimanche, mardi, mercredi, jeudi de 11h à 20h

Prix

Payant – 7-10,50€

S’y rendre

  • 4, 6 : Raspail (195m) 4, 6 : Denfert Rochereau (365m)

Plus d’infos

capture_decran_2017-09-06_a_09.04.19

Expo-Vente Playmobil

Samedi 28 Octobre 2017 -11:00Dimanche 29 Octobre 2017 -18:00

Les 28 et 29 octobre, ne manquez pas l’expo-vente Playmobil® de la Smile-Compagnie au profit de l’association «Entraide Autisme Val d’Oise» au Gymnase de la Coussaye. 

Plongez, le temps d’un week-end, dans l’univers fantastique des Playmobil®,  avec cette expo-vente présentée par la Smile-Compagnie, association de bénévoles passionnés. 

Des milliers de figurines, des tonnes d’ingéniosité et de talent, des dioramas de rêve s’offriront aux regards des petits et grands.  

Au programme :

  • Exposition à travers de nombreuses scènes réalisées à partir de Playmobil®  
  • Des stands de vente de Playmobil® d’occasion : pièces rares, détachées, versions importées. 
  • Un espace de jeux inédits pour enfants
  • Un atelier de création pour enfants : «  Créé ton Playmobil® unique et repars avec… »
  • Une tombola quotidienne avec de nombreux jouets et mobiliers Playmobil® à gagner
  • Une buvette

 

Les bénéfices de la buvette et des tombolas seront reversés à l’association «Entraide Autisme Val d’Oise». Depuis le début de son activité, Smile-Compagnie a reversé plus de 26 000€ à différentes associations caritatives.

La plupart des jouets exposés seront des créations artistiques appartenant à des collectionneurs. Cette exposition n’est ni sponsorisée, ni organisée par PLAYMOBIL® et reste à l’initiative de passionnés et collectionneurs.

Gymnase de la Coussaye

53 rue de la Coussaye

95880 Enghien-les-Bains

308256-le-cirque-phenix-organise-une-soiree-au-profit-des-enfants-malades

Le Cirque Phénix organise une soirée au profit des enfants malades

Le cirque Phénix s’engage aux côtés des Petits Princes en offrant le 24 novembre prochain les recettes de son nouveau spectacle Cirkafrica 3 à l’association réalisant depuis trente ans les rêves d’enfants atteints de graves maladies.

Le monde du cirque se mobilise pour les enfants malades. Après Alexis Gruss qui a donné une représentation au profit de Mécénat Chirurgie Cardiaque le 17 octobre dernier, c’est le Cirque Phénix qui souhaite aujourd’hui vous sensibiliser à cette cause en dédiant le 24 novembre 2017 son spectacle Cirkafrica 3 à l’association des Petits Princes. 

L’intégralité des recettes récoltées ce soir-là seront reversées à cet organisme qui réalise les rêves d’enfants atteints de cancers, leucémies et maladies génétiques. L’actrice Clémentine Célarié sera la marraine de cérémonie de cette soirée célébrant les 30 ans l’association des Petits Princes. 

Une soirée décidément spéciale puisque sept enfants suivis par l’association complèteront la troupe du cirque Phénix, réalisant ainsi leur rêve de monter un jour sur scène.

Les Petits Princes a depuis sa création permis à près de 6 000 enfants de donner vie à leur rêve. Et si le vôtre était d’aider cette association à en réaliser encore plein d’autres ?

Infos pratiques :
Cirkafrika 3 au Cirque Phénix
Le 24 novembre 2017 à 20h
A partir de 19€
Réservation en ligne

En savoir plus sur https://www.sortiraparis.com/scenes/spectacle/articles/154128-le-cirque-phenix-organise-une-soiree-au-profit-des-enfants-malades#Lqdk46DDBlwZd3KJ.99

sainte-famille-3200x0

Lieux saints partagés

Du 24 octobre 2017 au 21 janvier 2018 – 
Musée national de l’Histoire de l’Immigration – Palais de la Porte Dorée //

Coexistence en Europe et en Méditerranée

La tâche n’est pas mince, mais entièrement à propos. L’exposition prend à bras le corps la question des identités religieuses et propose une exposition fédératrice qui se concentre sur les lieux saints partagés. Un rendez-vous loin de tout acte de moralisation, c’est par la compréhension et l’éveil qu’il fonctionne, mettant en lumière les points de ralliement entre les différentes religions monothéistes.  Que l’on soit juif, musulman ou chrétien, l’on est avant tout croyant. Conclusion peu novatrice et quelque peu péremptoire sur les bords, mais pourtant vraie, et c’est ainsi notre porte d’entrée dans l’exposition. Trois grandes religions monothéistes existent aujourd’hui et se répartissent, se pratiquent sur l’ensemble du globe. Trois grandes religions qui partagent bien plus qu’on ne semblerait l’entendre. Que ce soient les valeurs, les rites, les figures tutélaires ou les sanctuaires, ce sont autant de fondements qui les unissent. À travers une déambulation de Jérusalem à l’Europe continentale en passant par les îles de la Méditerranée, on perçoit physiquement comment les mutations et circulations des populations ont permis de parsemer les différentes religions sur différents territoires. Il n’existe pas une terre pour une unique religion. Enfin, l’exposition décide de revenir sur l’importance de trois personnages clés dans la compréhension, l’enseignement et la coexistence entre les religions, il s’agit de Louis Massignon, André Chouraqui et Paolo Dall’Oglio, des auteurs qu’il est urgent de relire.

Musée national de l’Histoire de l’Immigration – Palais de la Porte Dorée
Du 24 octobre 2017 au 21 janvier 2018
293 avenue Daumesnil, 75012 – M° Porte Dorée (8)
Du mar. au ven. de 10h à 17h30, le sam. et dim. de 10h à 19h.
Fermé le lun.
Tarif : 6 € – Gratuit pour les -26 ans